in

Respia : un patch et un aérosol connectés pour les asthmatiques

respia

Le Respia est un patch connecté fonctionnant de la même façon qu’un moniteur acoustique piezo pour détecter les coupures de respiration ou les inflammations respiratoires. Une révolution potentielle pour les asthmatiques. 

Le système Respia a été développé par Katherine Kawecki, une jeune étudiante en design industriel récemment diplômée de l’Université de New South Wales âgée de 22 ans. Son patch connecté vient de remporter un James Dyson Award, récompensant les projets étudiants les plus prometteurs et innovants. Le premier prix a été remporté par Isis Schiffer du Pratt Insitute of Design de New York, pour son casque de vélo pliable et recyclable EcoHelmet d’une valeur de 5 dollars seulement, mais Kawecki s’en tire avec une belle somme qui va l’aider à mener à bien son projet.

Respia, un patch en silicone pour détecter les troubles respiratoires

respia-2

Ce patch peut détecter les troubles respiratoires ou les inflammations. Si une anomalie est repérée, un retour haptique est envoyé à l’utilisateur. Ce dernier peut alors prendre les mesures nécessaires avant qu’il ne soit trop tard. Le système pourrait changer la vie des 300 millions d’asthmatiques dans le monde. Rappelons que 250 000 personnes meurent chaque année de cette condition de santé, selon la World Health Organisation. Ce nombre pourrait être drastiquement réduit.

Le patch est constitué de silicone adhésive, et se colle au torse de l’usager. De cette façon, l’accessoire détecte le ratio d’inspiration et d’expiration, à la manière d’un stéthoscope. Grâce aux capteurs acoustiques, le patch indique à l’utilisateur si ses symptômes empirent tout au long de la journée. Ainsi, l’anxiété est réduite, et il n’est plus nécessaire de deviner si une crise est sur le point de survenir.

Un aérosol connecté pour prévenir et guérir les crises d’asthme

respia-3

En plus de ce patch, le système regroupe un aérosol connecté, à utiliser aussi bien pour prévenir que pour guérir, qui se connecte au smartphone de l’usager via Bluetooth, et une application mobile compagnon lui permettant de recevoir des rappels pour prendre ses médicaments et lui indiquer combien de doses il lui reste. Par ailleurs, un dock pour table de nuit permet de recharger l’inhalateur et de ranger le patch bien à l’abri. L’ensemble est très élégant et agréable en termes de design, mais surtout très ingénieux et intelligemment conçu.

Selon Kawecki, la prochaine étape de son projet est de lever les fonds suffisants pour transformer son prototype fonctionnel imprimé en 3D en un véritable produit commercial. Grâce au James Dyson Award, elle va recevoir une somme de 9800 dollars, ce qui constitue un bon début pour mener à bien son projet. Elle-même asthmatique, la jeune femme souhaitait créer une meilleure expérience de gestion de l’asthme permettant à l’usager de mieux comprendre sa condition et de la traiter plus efficacement et plus facilement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *