in

Quel est l’avenir des lunettes connectées destinées aux sourds et malentendants ?

lunettes connectées

Dans l’univers de la tech, de nombreuses innovations essayent d’améliorer ou de supplanter l’audition des personnes sourdes et malentendantes : implant auditif, gant ou collier intelligent par feedback sensoriel, amplificateur de son… 

Parmi ces dispositifs, les lunettes connectées avec des verres d’affichage holographiques se distinguent par leur simplicité et leur efficacité. Aidée de la technologie de reconnaissance vocale, elles permettent aux utilisateurs de lire les paroles de leurs interlocuteurs, parfois en temps réel. Petit tour d’horizon des projets mis en place, et ce que l’avenir peut réserver à ces technologies.

Quels sont les projets de lunettes connectées les plus prometteurs ?

Connaissant les opportunités sur le marché, de nombreuses entreprises ont déjà essayé de se lancer dans la conception de lunettes connectées. Sony Digital Cinema, par exemple, a lancé depuis 2012 des lunettes de sous-titrage destinées aux salles de cinéma françaises. Avec leur affichage holographique et leur émetteur radio, elles dotent les utilisateurs d’un écran de sous-titre pour profiter du spectacle sans faire d’effort. Cependant, la génération automatique de sous-titre, qui est courante sur internet et les réseaux sociaux, n’est pas encore disponible sur ce type de modèles. Il est nécessaire de programmer à l’avance les données du script dans l’appareil. Mais cette innovation peut être implantée dans les prochaines années.

Les théâtres et les opéras se sont également intéressés à ce sujet ces dernières années, en investissant dans le même type de technologie. Le Royal and National Theatre de Londres s’est par exemple associé à Epson et Accenture pour créer des lunettes intelligentes et accessibles. La différence entre ces lunettes et celles de Sony est qu’elles peuvent transcrire et traduire les signaux auditifs d’une scène ou d’un acteur en temps réel. Ces appareils sont équipés d’une technologie de reconnaissance vocale qui rend la transcription possible en toutes circonstances. Les spectateurs malentendants ou malvoyants n’ont qu’à admirer et apprécier le spectacle. Le Théâtre de Paris propose également ces dispositifs depuis quelque temps afin que le plus grand nombre de personnes puisse en bénéficier.

lunettes connectées 2

Cette technologie a aussi pu investir les lunettes connectées de Google (Google Glass) en 2013. Des chercheurs de l’Institut des Technologies de Géorgie ont travaillé sur une application, “Captioning on Glass”, pour permettre aux propriétaires de profiter de la reconnaissance vocale par le biais de leur smartphone. Mais le dispositif reste peu pratique, en ce qu’il n’est pas capable d’identifier les différents interlocuteurs, et manque de réactivité.

Ce qu’on peut attendre dans les années à venir

Que retenir de toutes initiatives pour le futur des lunettes connectées de sous-titrage ? Vous le voyez, les projets en cours sont intéressants, mais demeurent coûteux (environ 1000 euros la paire de lunettes) et manquent encore de débouchés plus larges. Ce sont les organisations culturelles qui sont notamment intéressées par ces technologies, dans une démarche d’accessibilité et d’accompagnement. Les offres grand public restent elles encore assez pauvres, ou proposent une expérience utilisateur à revoir. 

Néanmoins, un nombre grandissant de start-up veulent se lancer dans l’aventure, et essayent de proposer des alternatives avec design bien pensé et financièrement viable. On peut penser aux lunettes intelligentes de Vuzix, SignGlasses ou OliveDevices. On ne peut que leur souhaiter le succès, pour aider les personnes malentendantes à entendre par les yeux à défaut des oreilles!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.