in

Pourquoi le premier hôtel tenu par des robots a été un fiasco

Hôtel robots Japon licenciements

Loin d’être un succès, le premier hôtel exclusivement tenu par des robots a été un désastre, démontrant que les androïdes ne peuvent pas (encore) remplacer tout le monde.

Quand un voyageur entrait dans l’hôtel japonais Henn, il devait s’attendre à ne trouver aucun employé. En effet, un robot l’accueillait, prenait son nom et lui remettait sa clé. De son côté, un autre humanoïde s’occupait de ses bagages et l’accompagnait jusqu’à sa chambre qu’un troisième robot avait préalablement nettoyée.

Si tout cela fonctionne théoriquement à merveille, le magazine The Economist rapporte que les incidents étaient plus que fréquents, contraignant le propriétaire des lieux à, ironiquement, remplacer la plupart des robots par des humains.

robot hotel

Qu’est-ce qui a mal tourné dans l’hôtel des robots ?

L’initiative partait d’un constat simple : avec une population vieillissante, le Japon manque de main-d’œuvre. Une des conséquences de cette raréfaction est la hausse des salaires. L’entreprise Huis Ten Bosch a donc pensé aux androïdes de toutes sortes pour composer le staff de son hôtel.

Cependant, le concierge mécanique n’arrivait pas toujours à répondre aux demandes des invités. Les robots danseurs, chargés d’animer le lobby de l’hôtel, tombaient très souvent en panne. Pire encore, le bagagiste ne pouvait pas monter les escaliers. Et si vous aviez besoin d’une information particulière, le robot censé vous répondre ne comprenait que les questions les plus basiques.

 

Un simple revers dans la conquête des robots

En réponse à cela, l’hôtel Henn a congédié plus de la moitié de ses 243 robots. Toutefois, ce petit pas en arrière ne doit pas cacher la tendance générale sur le secteur du tourisme et des loisirs qui tend vers toujours plus d’automatisation.

Il y a quelques semaines, on vous parlait ainsi du Pepper Parlor, un café tenu par les robots Pepper de SoftBank. De fait, on ne peut nier que certaines tâches pénibles (porter les bagages, par exemple) ou techniques (interpréter des dizaines de langues) siéent mieux à des androïdes. Par conséquent, s’ils ne peuvent pas encore faire tout ce que les humains font, ils peuvent travailler à nos côtés pour nous épauler.

En tout cas, pour l’instant…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.