in

Inauguration de la première route solaire en France : une première mondiale

Route solaire inauguration premier kilomètre première mondiale

C’est aujourd’hui que Ségolène Royal, la ministre de l’environnement, de l’énergie et de la mer, a inauguré le tout premier tronçon de route solaire. Un revêtement constitué de dalles solaires résistant au poids des véhicules recouvre désormais un kilomètre de chaussée d’une route départementale de Normandie. Il s’agit d’une première mondiale. Objectif : créer de l’électricité solaire en utilisant pour cela l’espace routier.

Cette prouesse, à la fois technique et énergétique, est inédite dans le monde et a été réalisée dans le cadre de la politique de transition énergétique. Le projet a été entièrement financé par l’Etat et il a été conçu et réalisé par les entreprises Wattway ainsi que CEAT Tech. C’est une route départementale de la commune de Tourouvre-au-Perche dans l’Orne qui accueille cette première portion de route solaire. Le choix d’une commune normande, pas vraiment réputée pour son taux d’ensoleillement, peut paraitre curieux mais s’explique par la proximité immédiate de l’usine de fabrication et la possibilité pour les ingénieurs de pouvoir aisément surveiller et analyser les dalles.

Route solaire Normandie dalles photovoltaïques résine énergie verte

Route solaire : une chaussée recouverte de panneaux solaires

La route solaire est une voie sur laquelle des dalles photovoltaïques très fines ont été collées. Un revêtement à base de résine les recouvrent, laissant à la fois passer la lumière et offrant une adhérence de qualité aux véhicules tout en supportant leur poids sans endommager les cellules voltaïques des dalles. Des armoires, disposées tous les 50 mètres et connectées aux cellules, récupèrent la production électrique. Pour la ministre de l’environnement, pas de doute : « La route solaire s’inscrit dans la transition énergétique : promesse de croissance verte, création d’emplois, innovation ».

Selon la société Colas, 20 mètres carrés de surface peuvent fournir suffisamment d’électricité pour un foyer (hors chauffage). Ainsi, l’électricité produite par le kilomètre de route solaire devrait atteindre les 790 kWh par jour et pourrait ainsi théoriquement approvisionner l’éclairage public d’une ville de 5.000 habitants.

Route solaire Tourouvre-au-Perche Normandie production électricité chaussée

Route solaire : énergie du futur ou fiasco annoncé ?

Ce premier tronçon de route solaire financé par l’Etat à hauteur de 5 millions d’euros est avant tout un ballon d’essai. Si l’essai est transformé, l’entreprise Wattway voit grand : « si cette route solaire tient ses promesses, le continent africain sera évidement un marché d’avenir. 600 millions de personnes ne disposent pas d’électricité, alors que l’Afrique connait un fort taux d’ensoleillement ». Une énergie verte, développée sur l’espace routier, semble effectivement être une solution séduisante.

Pourtant, de nombreuses interrogations sont en suspens et le Syndicat des Énergies Renouvelables reconnait lui-même qu’il s’agit d’une prise de risque. Deux années d’observations et de mesures seront nécessaires afin de connaitre le véritable potentiel de la route solaire, tant en matière de production d’électricité, qu’en matière de résistance du revêtement et de sécurité routière, notamment en ce qui concerne l’adhérence des véhicules dans des conditions climatiques extrêmes.

Route solaire énergie verte bitume Ségolène Royal

La question de la rentabilité de la route solaire

Le premier tronçon de route solaire développé en Normandie n’a pas pour vocation d’être rentable. L’investissement important, le faible taux d’ensoleillement de la région et des dalles solaires qui ne sont encore qu’au stade de prototypes ne permettront pas d’avoir une rentabilité. Mais il s’agit avant tout d’un test.

Les détracteurs du projet mettent en avant le fait que la disposition à plat des panneaux solaires n’est pas l’idéale en terme de rendement et que les panneaux inclinés, comme ceux d’un toit, offrent une production supérieure. La durée de vie des panneaux, le potentiel de réduction des coûts, la quantité d’électricité produite au mètre carré sont les principales interrogations qui, en cas de succès, pourront permettre de développer de nouvelles routes solaires rentables.

Via

One Comment

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.