in

La mort vaincue ? Cette technologie restaure les cellules et les organes après le décès

Des chercheurs de l’université de Yale auraient-ils découvert la technologie pour venir à bout de la mort en restaurant la fonction des cellules et des organes porcins après leur mort ?

La mort est normalement inéluctable. Quelques minutes après le dernier battement du cœur, une cascade d’évènements biochimiques déclenche la destruction des cellules et des organes du corps. Une équipe de scientifiques de l’université de Yale aux Etats-Unis a cependant découvert que cette défaillance cellulaire massive et permanente n’a pas à se produire aussi rapidement. Elle a réussi à contrer cette destruction massive induite par la mort du sujet, un porc.

OrganEx, la technologie qui contre la mort

La branche de la recherche médicale de Yale a développé une technologie qui délivre un fluide spécial protégeant les cellules des organes et des tissus. Les chercheurs ont ainsi réussi à restaurer la circulation sanguine et d’autres fonctions cellulaires chez les porcs une heure après leur mort.

pCloud Solde d'été 2022

David Andrijevic a déclaré que la mort des cellules avec le décès de son propriétaire, n’est pas inéluctable. Il est un chercheur associé en neurosciences à la Yale et aussi un des principaux co-auteurs de l’étude. Ce chercheur affirme qu’il est possible d’intervenir, d’arrêter le processus et de restaurer certaines des fonctions cellulaires.

Cette technologie nommée OrganEx est basée sur BrainEx, une autre technologie de 2019 restaurant les fonctions cellulaires cérébrales d’un porc mort. OrganEx est une version modifiée de BrainEx. Les chercheurs ont pu détecter des signes de préservation de certaines fonctions motrices. Ils ont aussi démontré une restauration de certaines fonctions cellulaires et tissulaires. Toutefois, ils n’ont observé aucune activité électrique organisée indiquant la conscience.

OrganEx, ses portées

Ces résultats montrent la possibilité de prolonger la santé des organes humains afin d’optimiser leur disponibilité pour greffes d’organes. La technologie pourrait également permettre la préservation des organes et des tissus endommagés par l’ischémie même si le sujet n’est pas encore mort. Ce serait notamment le cas lors d’éventuelles crises cardiaques ou d’accidents vasculaires cérébraux.

OrganEx a en effet de nombreuses applications potentielles selon Stephen Latham, le directeur du Yale Interdisciplinary Center for Bioethics. La recherche est toutefois en cours et d’autres découvertes pourraient encore s’ensuivre. Le département américain de la santé et des services sociaux, les instituts nationaux de la santé ont financé cette recherche.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.