in

Pantelligent : On a testé la première poêle connectée !

Poêle connectée pantelligent test

De nos jours, les entreprises connectent tout et n’importe quoi. Et ce qui devait arriver arriva, la première poêle connectée est née. Deux produits se battent pour ce titre de « première poêle connectée » : SmartyPans et la Pantelligent. Dans les deux cas, l’idée est la même. Quant à la date, les deux sont également similaires. Toujours est-il que la première a pointer le bout de son nez à la rédaction, c’est la Pantelligent. La promesse, une poêle qui vous accompagne pas à pas dans vos recettes et vos cuissons pour ne plus jamais rien rater, que ce soit trop cuit ou pas assez. Financés par la plateforme de financement participatif Kickstarter, les premiers exemplaires sont davantage des prototypes commercialisés que des produits terminés comme en témoigne plusieurs aspects de ce produit. C’est pour cette raison que nous n’attribuerons qu’une note globale, non représentative du produit final, même si celui-ci devrait se révéler plus ou moins proche.

Catégorie : Poêle connectée

Prix : 199$

Disponibilité : disponible en import

Testé avec un Nexus 5

Poêle connectée Pantelligent : design/ergonomie

Ce qu’il faut savoir, c’est que la poêle est extrêmement grande. Un avantage sympathique quand on a une grande cuisine, un peu moins quand on vit dans un petit appartement (journaliste, ça ne paye pas tant que ça). 30,48 centimètres de diamètre, c’est tout de même imposant. On aurait bien apprécié qu’il existe plusieurs tailles afin de s’adapter aux besoins de chacun. Pour ce qui est du design, bon c’est une poêle tout ce qu’il y a de plus classique. La particularité viendra du manche de l’engin au bout duquel se trouve un petit couvercle que vous pourrez enlever. À l’intérieur les deux piles AAA qui alimenteront votre poêle. On notera également le fait que l’appareil est relativement lourd ( 1kg).

Poêle connectée Pantelligent : application/utilisation

Le principe est séduisant et l’utilisation se révèle finalement assez simple. Connectez votre téléphone à la poêle, sélectionnez la recette et le tour est joué. En fonction de la viande, la recette ou toute autre chose que vous souhaitez cuisiner, il faudra renseigner quelques informations. Par exemple, pour la cuisson d’un bon steak, vous devrez indiquer l’épaisseur de celui-ci, ainsi que la cuisson désirée. Vous aurez ensuite la température idéale à atteindre ainsi que la température actuelle. À noter, la synchronisation est rapide et efficace, ce qui vous permet de gérer au mieux la température de la poêle connectée. Toutes les étapes sont décrites une à une et vous êtes guidés à chaque fois par écrit et par audio.

Et puisqu’on parle d’audio, c’est là le petit défaut de cette application. Si tous les textes sont en anglais, la voix utilisée est celle de Google Traduction, ce qui donne bien souvent un résultat audio plutôt mauvais. La manière de parler très hachée avec un accent à couper au couteau ne permet pas de suivre la recette uniquement de cette manière. Les explications écrites sont quant à elles bien plus claires. On vous dira si la poêle est trop chaude, trop fraiche, etc…

Alors la question sur toutes les lèvres c’est : « est-ce que la viande est bien cuite ? » On serait tenté de répondre : « dans l’ensemble oui« . Car oui, si la poêle intègre une gestion intelligente de la température et n’hésitera pas à rallonger le temps de cuisson s’il voit que votre poêle connectée n’est pas assez chaude, les ajustements manquent de précision et se font sur des fourchettes de 1 minute seulement, très long pour une viande rouge. Au final, le résultat est plutôt intéressant, mais mériterait une meilleure précision. La cuisine est une discipline où il est compliqué d’être précis. Un ajustement plus strict aurait donc permis de rendre plus accessible tout ça. Reste que dans l’ensemble, les résultats sont corrects et les allergiques à la cuisine devront vraiment le faire exprès pour rater un plat.

Et puisqu’on parle de cuisiner, on va s’attarder un petit peu sur les recettes. Pour le moment, une grosse cinquantaine sont répertoriés, un peu légers certes, mais l’intérêt de l’objet réside surtout dans la cuisson de la viande. Néanmoins, comme précisé plus haut, il faut rappeler que c’est le premier exemplaire sorti d’une gamme voué à s’agrandir. Le marché des poêles connectées est naissant. Il y a donc fort à parier que cette « Pantelligent » arrivera en France avec une application améliorée et des ajustements plus précis.

Outre le défaut de n’avoir qu’un modèle à proposer, les poêles connectées de l’entreprise ne sont pas compatibles avec l’induction. Coup de pompon, il n’est pas non plus possible de l’envoyer au lave-vaisselle, pour des raisons évidentes de matériaux électroniques et de matière anti-adhésive. Mais quand-même, c’est dommage.

Poêle connectée Pantelligent : rappel des caractéristiques

  • Taille : 30,48 x 5,08 x 49,53 centimètres (30,48cm de diamètre)
  • Poids : 1.0 Kg
  • Batterie : 2 piles AAA
  • Autonomie : 1 an
  • Compatibilité : iOS 7.0 ou ultérieur, Android 4.3 ou ultérieur
  • Connectivité : Bluetooth 4.0
  • Plaques électriques et gaz. Non compatible avec l’induction
  • Ne va pas au lave-vaisselle
  • Garantie 1 an

Les plus de Pantelligent la poêle connectée

> Cuisson de qualité
> Très simple d’utilisation

Les moins de Pantelligent la poêle connectée

> Manque de précision dans l’ajustement
> Guide audio avec voix de Google Trad’
> Une seule grande taille
> Prix
> Ne va pas au lave-vaisselle
> Pas compatible avec l’induction

Poêle connectée Pantelligent : conclusion

Pour être francs, on attendait pas grand-chose de la poêle connectée Pantelligent avant de l’essayer. Coup de buzz ou véritable compagnon du cuisiner en herbe, on ne savait que penser. Et finalement, même si elle est loin d’être parfaite, elle a su révéler son utilité. Alors on lui reprochera une application qui manque encore un poil de contenu, une transcription audio sortie des tréfonds de Google Traduction et une seule taille disponible, mais si le concept vous plaît, on vous conseillerait presque de craquer. Presque, car il y a fort à parier qu’une nouvelle gamme arrivera bientôt (une V2), bien plus intéressante, mais aussi parce que le prix de l’engin à de quoi refroidir : 199 dollars en import, hors frais de livraison. En clair, les idées sont bonnes mais ne suffisent pas à faire un produit extrêmement convaincant, pour le moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.