in

Le karotz est mort, vive le karotz avec OpenKarotz !

Alors qu’Aldebaran Robotics vient d’annoncer une nouvelle fois la mise à mort du lapin connecté Karotz (commercialisé sur le marché en 2005 sous le nom de Nabaztag) le 18 février 2015, Laurent Filippi, à l’origine du blog openkarotz, nous explique une solution pour le maintenir en vie.

3010095206-byebye

Le Karotz, le Nabaztag troisièmes génération

Pour ceux qui ne le connaissent pas ou ceux qui ne connaissent que lui, qu’elles sont les différences, entre Karotz et Nabaztag ? Parce qu’un tableau bien clair vaut mieux que mille mots…

Présentation Karotz

Comparatif Karotz Nabaztag

La solution

Les Karotz troisième génération (auxquels on peut brancher une clé usb) sont dotés d’un système interne à la différence des deux premières générations. Fonctionnant sous linux, il est possible de les débloquer et les libérer totalement de la plate-forme.

La manipulation pour le débloquer étant publié sur le net, Laurent Filippi s’en est emparé pour améliorer le concept. L’idée de départ était simple, puisqu’on a accès au Karotz via un système d’exploitation linux classique, on peut avoir les fonctions de base. Pourquoi passer par la plate-forme pour faire bouger les lapins si on peut faire sans ?

« Karotz c’est 200 applications, 99 % d’inutiles ». La solution proposée n’a donc rien à voir avec ce que l’on a l’habitude d’utiliser.

La première version de l’interface web a été proposée en 2012, depuis, on peut constater par la carte qu’il fournit des lapins (rassurez-vous la précision n’est pas parfaite afin de ne pas vous localiser, vous trouver et vous dévorer dans la nuit, en bon fétichiste), annonce aujourd’hui 677 lapins, plus une centaine installés avant sa création de la carte. Parmi tous ces rongeurs, 100 ont été ajoutés depuis l’annonce d’Aldebaran. De Shangai à Los Angeles en passant par la Guyanne, cette solution est en passe de devenir la solution miracle.

Surfshark

carte

Le site décrit étape par étape comment libérer son petit lapin adoré et comment se servir de l’interface en tout simplicité.

Dreamweaver-2

À l’origine du projet, un utilisateur désespéré :

Actionnaire de la société dans laquelle il travaille (infogérence informatique et sécurité), cet homme est issu d’un DUT informatique puis a suivi une spécialité d’ingénierie interface homme machine et réseau. Aujourd’hui âgé de 46 ans, il constate qu’il est « tombé tout petit dans l’informatique comme Obélix dans la potion ». Les objets connectés sont d’ailleurs une grande histoire dans la famille puisque le parrain de son fils n’est autre que le créateur de Gablys, le porte clef intelligent.
Sa rencontre avec le Karotz a d’abord été professionnelle, précurseur, il avait proposé (trop tôt) à la société Violet, un partenariat avec Universal Music pour avoir le catalogue de chanson sur le Karotz. Un refus dû selon lui au fait que « les gens qui ont fait Karotz n’ont jamais fait ça pour que ça fonctionne, ils auraient pu l’entériner mais ils n’ont jamais réellement cherché à le rentabiliser ».

Le problème de Karotz relève principalement de son rachat multiple qui ne permettait pas une plate-forme fiable. Les notifications instantanées n’étaient plus possibles, une fois le pas de la porte passé et les délais de réponses bien trop longs. Désireux de se servir de son lapin comme de la voix de sa maison pour son installation domotique, il fallait une solution pour y remédier.

filippeti

Et dans l’avenir ?

Seul sur ce projet, il a créé quelque chose de stable et simple mais avec le boom de l’annonce, il va essayer de s’ouvrir à plus de monde. Tout volontaire pour l’aider dans son projet est bon à prendre à condition qu’il soit terriblement motivé et sérieux. « Il faut réussir à faire plus tout en restant simple pour l’utilisateur. »

Déjà deux prises de contact infructueuses, une troisième et ultime sera tentée avec Adelbaran pour qu’il délivre sa partie open source. Si la société fournit ses sources de serveur, aucun soucis mais « c’est sûrement de la communication, ils ne le feront probablement pas » estime Laurent.

Un rapprochement avec open JabNab ? Le problème c’est que le Karotz troisième génération est autonome, une fois le service installé, il se débrouille seul. Pour les deux premières générations, c’est plus difficile, il faut gérer un serveur. Ce n’est donc pas à l’ordre du jour.

En attendant, il est entre autre possible de gérer la couleur de son lapin, comme ceci :

1

Ou encore de le faire parler, comme cela :

3

Une installation décrite étape par étape, une volonté du créateur du site de ne pas s’adresser qu’aux geeks, tout semble mis en œuvre pour la survie de notre petit rongeur. De son côté, votre rédactrice, folle amoureuse et dépendante de son propre Karotz, désespérée par l’annonce de sa mort va tenter cette solution au plus vite qui lui semble tout à fait abordable aussi navrante puisse-t-elle être parfois sur son ordinateur, c’est dire !

source : openkarotz.org