in

Comment votre gazinière vous tue à petit feu

La gazinière porterait, selon quelques études, préjudice à la santé de ses utilisateurs. Notre bon vieux réchaud à gaz émettrait des substances peu recommandables.

Dans la cuisine, l’induction magnétique est en train de gagner du terrain face à la gazinière. D’autant plus que des inquiétudes concernant les émissions des réchauds à gaz sont de plus en plus pointées du doigt.

Les effets de la gazinière sur le bien-être de ses utilisateurs

La cuisinière à gaz libérerait, selon plusieurs études dont celle du California Air Resources Board, plusieurs substances incriminées dans la pollution atmosphérique. Le dioxyde d’azote ou NO2, un des produits rejetés lors de l’utilisation de cette cuisinière est impliquée dans les formes graves de l’asthme.  Dans les 13 % des cas actuels d’asthme infantile pourraient être imputés à l’utilisation de ces appareils.

Le dioxyde d’azote ne provient certes pas uniquement des sources intérieures, le trafic routier en est la plus grande source. Toutefois, la gazinière reste la plus importante source dans un foyer notamment pour les personnes subissant une exposition maximale même si elle est brève. Cela s’explique notamment par le fait que la pollution intérieure générée est concentrée dans le volume réduit de votre maison. D’autant plus que même éteinte, la gazinière continue à produire du méthane qui est incolore et inodore.

Voici les perspectives dans le domaine de la pollution de l’air ambiant par les sources intérieures comme la gazinière.

Quelques précautions pour contrecarrer la pollution intérieure

Face à ces observations, de nombreuses villes américaines pensent adopter de nouvelles lois portant sur les raccordements au gaz naturel. Cela permettrait de faciliter la migration vers les combustibles fossiles. Dans la foulée, quelques Etats ont décidé d’interdire le gaz naturel.

La ventilation est aussi une des solutions à adopter pour contrecarrer cette pollution intérieure. L’Etat recommande notamment l’utilisation d’une hotte de cuisine. Il en est de même pour les autres systèmes de ventilation comme l’ouverture des fenêtres et des portes.

La transition vers d’autres moyens plus sains de cuisiner est ainsi plus qu’indispensable pour la santé, mais aussi pour la planète. De nombreux programmes encourageant cette transition sont d’ailleurs d’ores et déjà accessibles. Il en est ainsi de la loi de 2022 qui comporte une réduction pour l’acquisition de cuisinières électriques à haut rendement.

La perspective de respirer un air plus pur ne vaut-il d’ailleurs pas un investissement dans un autre moyen de cuisson ? Sans compter le fait que vous réduirez aussi significativement votre empreinte carbone.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.